Audit oxygène des vins

L'oxygène dissous : facteur qualité incontournable

Image1Au coeur de l'actualité technique oenologique depuis quelques années, la gestion de l'oxygène depuis la vinification jusqu'à la bouteille est devenue un des enjeux qualitatifs majeurs de la filière vinicole.

 

En effet, suivant les apports, l'oxygène peut être un facteur d'amélioration de la qualité des vins (en participant notamment à l'affinage de la structure tannique, la fixation de la couleur, la disparition des caractères réducteurs) tout comme un facteur de dépréciation (oxydation prématurée, consommation du SO2, etc.).

 

C'est également le facteur clé qui permettra de déterminer de manière précise, scientifique et raisonnée la perméabilité du bouchon dont chaque vin a besoin pour exprimer tout son potentiel.

Le NomaSense O2 | Analyse de l'oxygène

Nous utilisons le système de mesure d'oxygène non-invasif NomaSense O2 Trace, qui permet de contrôler la quantité d'oxygène dissous dans le vin ou gazeux dans les espaces de tête des bouteilles par oxo-luminescence :

 

Image2

 

 

img-NomaSense-O2-Prime

Nous réalisons la mesure en-place, sans prélèvement, par lecture directe à travers une surface transparente (mireur pour les mesures en ligne, ou bouteilles transparentes pour les mesures après embouteillage) équipée du côté interne d'une pastille de mesure type Pst3, réagissant avec l'oxygène :

 

Différents types d'audit sont réalisés suivant les attentes de chacun et les points clés de chaque type de vinification :

 

  • Au cours du process : comparaison de pompes, de techniques oenologiques, etc.
  • A la mise en bouteille : évaluation de la quantité d'oxygène apportée par l'opération.

 

Les audits font l'objet d'un rapport, qui est également force de proposition pour améliorer les performances.

 

Ces audits rentrent également dans le programme oxygène dissous du BIVB, et peuvent bénéficier d'une prise en charge partielle sous certaines conditions jusqu'au 31 décembre 2015.